IL N’Y AURA PAS D’ECOLOGIE AVEC L’EXTRÊME DROITE

Nous avons dans notre région un problème considérable avec l’extrême-droite. Les élections précédentes l’ont prouvé. Nous devons répondre à cette question : comment éviter de n’avoir pour seul choix, au deuxième tour, que de voter Muselier pour barrer la route au Rassemblement national ?

Faire de la politique, c’est faire des différences. Le RN n’est pas la droite et encore moins la gauche et c’est le pire de nos adversaires.

Créé par des anciens nazis et des collabos, associés aux terroristes de l’OAS, le RN est le parti du crime et de la haine. Les « plus de 70 ans » se souviennent de la « ratonnade oubliée », dans la région marseillaise, au cours de laquelle des groupes de nervis ont assassiné des dizaines d’immigrés maghrébins dans les années 70 visant des personnes dans les rues, posant une bombe au Consulat d’Algérie et ces crimes ont perduré, de manière quasiment impunie, jusqu’au milieu des années 90 avec l’assassinat d’Ibrahim Ali.

Aujourd’hui, les Le Pen, Mariani, Jordana et consorts, continuent à souffler sur les mêmes braises. Du « grand remplacement » à l’hystérique islamophobie, sans éviter quelques détours antisémites, ils organisent les divisions, les stigmatisations et finalement l’affrontement entre nos différents concitoyens.

Lorsque Ravier déclare que les enfants d’immigrés ne sont que des français de papier, il prépare l’opinion, pour peu que ce parti en ait les moyens, à une déchéance massive de la nationalité. Ne croyez pas qu’ils n’oseront jamais, c’est ce qu’on pensait en France pendant la montée du nazisme mais dès que l’extrême-droite est arrivée aux affaires, en 1940, dans le sillage de la défaite, ils ont organisé eux-mêmes le fichage des Juifs, leur arrestation et leur envoi dans les camps de concentration.

Leur haine est intolérable, elle est imbécile mais il ne faut surtout pas sous-estimer leur capacité de nuire. L’exemple, tout récent, de Bolsonaro ou de Trump devrait finir de nous convaincre que les fascistes n’ont pas changé. De plus, ils ont ajouté à leur arsenal idéologique le climato-négationnisme et le mépris de l’écologie : on peut constater les dégâts au Brésil ou aux Etats-Unis. On sait que la pandémie qui nous frappe actuellement n’est pas étrangère à la crise écologique, l’extrême-droite là où elle était au pouvoir, a tenté d’en ignorer les racines et d’en refuser les mesures.

Il ne faut pas attendre les présidentielles ou d’autres échéances pour faire face au danger que représente les fascistes. C’est ici et maintenant, dès les prochaines élections régionales et départementales que nous devons tout mettre en œuvre pour les battre. Le combat pour le rassemblement des forces écologiques et de gauche, par sa pédagogie, ses compromis, provoquera l’incontournable dynamique qui nous permettra de gagner. Mais divisés, aucun des partis de gauche et écologistes ne sera même assuré de passer le premier tour.

Si la seule victoire des écologistes, au bout de ce chemin, était d’avoir fait mieux que ceux qui auraient pu être leurs partenaires et avec lesquels ils partageraient alors la défaite, ce serait une bien pitoyable consolation.

Selon « Le Monde », Thierry Mariani, futur candidat du Rassemblement national en PACA, pour les régionales de juin 2021, espère que la gauche n’arrivera pas à s’unir et, sûr de son fait, il compte sur les 30% que lui prête les sondages et l’énorme abstention provoquée par la division pour l’emporter !

Il faut le faire mentir.

Canard enchaîné du 10 février 2021

Les écologistes, parce qu’ils portent la lutte nécessaire pour une planète habitable, parce qu’ils ont une vision universelle et non nationaliste, parce qu’ils sont résolument attachés à l’intérêt commun, doivent être les porteurs inlassables du rassemblement.

Ce serait une erreur impardonnable si, au bout des gesticulations actuelles, ils décidaient de partir seuls en agitant un fantomatique « pole écologiste ». Ici, dans le grand sud, nous avons besoin d’un rassemblement divers, pluriel, coloré et bienveillant. Si les écologistes et la gauche qui s’écologise arrivent à s’unir, ils allumeront l’espoir et ouvriront le chemin de la victoire. Bien sûr, il faudra « veiller au grain », mais dans toute la gauche, on est suffisamment conscients du danger pour faire les compromis nécessaires afin de parvenir à cet objectif important pour nos populations, pour l’environnement et pour notre région.

Marseille le 10 février 2021

Jacques Soncin

4 réflexions sur « IL N’Y AURA PAS D’ECOLOGIE AVEC L’EXTRÊME DROITE »

  1. Bonjour, concernant l’article du Canard, sur la partie concernant Avignon, en tant que secrétaire du Groupe Local eelv d’Avignon , je porte à votre connaissance les éléments factuels suivants.

    Y a t il eu gonflement de la base des adherents du groupe local eelv d’Avignon entre la désignation d’ Olivier Dubuquoy et le vote sur les motions du 17 janvier visant à définir la stratégie regionale d’alliances d’eelv en PACA ?

    Je me base sur la base informatique des adhérents eelv à laquelle j’accède en tant que secrétaire du GL.

    Dans la base regionale eelv, deux dates sont conservées pour chaque adhérent:
    « date de création » est incrémentée au moment où le postulant envoie sa demande;
    « date actif » correspond à la date de validation de son adhésion par les instances (CPR/BER).
    Plusieurs semaines peuvent se passer entre les deux évènements selon la vitesse de l’instruction, des dates de réunion…

    Dans le cas qui nous occupe c’est, d’évidence, la première date, celle à laquelle le postulant manifeste son intention d’adhérer, qui doit être considérée.

    Il n’y a eu depuis octobre , que 4 demandes d’adhesion à Avignon: celle de Philippe Imbert, qui a été validée le 7 janvier, et celles d’Amandine Hauton, Isabelle Delaunay et Thomas receveur, qui sont toujours en attente.

    Nous avons eu 18 demandes d’adhesion de juillet à septembre. C’est un chiffre important mais sans rapport avec les chiffres du Canard. Et pour connaitre certains d’entre eux, cela représente un panel assez hétérogène de sensibilités. De toutes façons , c’etait avant le démarrage de la procédure d’investiture du chef de file.

    Il n’y a donc pas eu de gonflement des adhesions entre les deux dates de vote du chef de file regional et de la stratégie à suivre.

    Y a-t-il infiltration par l’extreme-droite ?

    Deux cas font monter la pression: Xavier Moscatelli a été candidat sans etiquette aux cantonales il y a six ans avec une colistière sans etiquette qui avait elle-même été élue conseillère municipale sur une liste RN l’année précédente. il n’a jamais été membre de ce parti, de même que Frederic Guillen qui avait été candidat sur cette même liste RN en 2014 et que nous avons retiré de la liste des municipales quand nous l’avons su. Par contre, nous avons jugé sa demande d’adhesion à eelv admissible.
    Donc aucun membre ayant appartenu au FN dans le passé ne figure en nos rangs.

    La question à se poser est la suivante: faut-il refuser l’accès par principe en de tels cas ?
    Nous avons considéré que non. Ces deux personnes nous ont semblé sincères dans leur démarche, six ans s’étant écoulés après leur précédent engagement.
    Nous avons donc transmis un avis favorable au CPR (Conseil Politique Regional).
    On peut estimer que c’était une erreur, mais on ne peut pas parler d’infiltration. Et si on les refuse, où placer le curseur ?

    Comment éviter ce type de problèmes ?
    Une nouvelle procédure d’adhesion doit être présentée au vote de l’AG de notre GL le 18 Fevrier prochain.
    J’ai demandé à nos instances régionales d’edicter un règlement unique, valable pour les groupes locaux eelv de paca afin de prévenir à l’avenir ce type de problèmes.
    J’ai demandé également que nos instances régionales diligentent une enquête interne afin de lever tout soupçon, si besoin en interrogeant chaque adhérent.

    1. René Pélisson, militant du GL d’Avignon répond aux arguments d’Olivier Gros :

      Olivier Gros évoque (dans le commentaire ci-dessus) le sujet de l’article du Canard Enchainé (parution le 10 février et en distribution dans les magasins de journaux jusqu’au mercredi 17 février) , sur nos listes d’adhérents.es d’Avignon et du Vaucluse .
      je le remercie vivement d’aborder ce sujet important et délicat , mon mail apporte donc des précisions et des corrections au message d’Olivier !
      Une analyse politique de l’article du Canard enchainé est aussi nécessaire !

      Je viens de lire comme vous je suppose, l’article du Canard enchainé paru le 10 février 2021 en pièce jointe, c’est assez édifiant et les faits décrits préçis décridibilisent malheureusement EELV, il va falloir aviser et en tirer véritablement les bonnes leçons !

      D’abord apportons des précisions et corrections au mail ci-dessous d’Olivier Gros :
      Un adhérent peut voter à partir de 3 mois d’ancienneté . La date prise en compte pour l’adhésion est le jour ou l’adhésion a été approuvée par la région (CPR ou parfois délégation au BER)

      En fait pour comprendre globalement les faits d’entrisme en Avignon, il faut considérer le compte rendu de la réunion du 30 septembre 2020 du groupe local EELV d’Avignon en pièce jointe montrant que 22 adhésions ont été approuvé ce 30 septembre par la majorité des membres du groupe local EELV d’Avignon ! (majorité moins Sephorah Doulliere, Sylvie Fare et René Pélisson qui avaient demandé une enquête au BER sur au moins 18 de ces adhésions ) .
      Ces 22 personnesont été ensuite, semble t’ il validé le 10 octobre par une réunion fantôme du BER régional (sans aucune enquête, ni convocation , ni compte rendu) .

      À partir du moment ou un adhérent est validé par les instances régionales CPR ou délégation au BER , on considère qu’il peut voter au bout de 3 mois . Ainsi les 22 personnes validées irrégulièrement sans aucune enquête par la région le 10 octobre ont bien pu voté 3 mois plus tard le 17 janvier 2021 pour l’Assemblée Générale Paca concernant notre stratégie régionale où il a manqué seulement 15 voix à Olivier Dubuquoy .
      Un recours pour invalider l’Assemblée Générale du 17 janvier est en cours , car ce qui s’est passé en Avignon , s’est parfois aussi passé ailleurs .

      Ces 22 personnes n’avaient évidemment pas pu voté initialement début octobre pour les chefs.fes de file ou Olivier Dubuquoy et Brigitte Apotheloz ont été élus.es, car elles n’avaient pas été validé comme adhérentes et donc n’avaient pas 3 mois d’ancienneté .

      Mais l’entrisme de tous bords politiques notamment de droite et d’extrême droite d’anciens candidats.es ou anciens élus.es , est parfaitement admis par le porte parole du groupe EELV d’Avignon lorsqu’il affirme au Canard Enchainé « Tant mieux si on attire des gens de différents partis » .
      Cet entrisme d’ex-candidats.es ou élus.es de tous bords politiques avait déjà commencé malheureusement au moment de la campagne des municipales fin 2019 et début 2020.

      Le Canard enchainé, est une revue nationale satirique d’information importante dans un pays de liberté d’expression et de respect de l’opinion de chacun.
      Le Canard forcément cite des faits et parfois des personnes après avoir vérifié les informations et leur parcours ou parfois les avoir entendu dans un interview .

      S’il n’y a pas chaque mercredi une ou plusieurs pages de droits de réponses dans ce journal, c’est bien je suppose que les informations données par ce journal sont strictement vérifiées et recoupées, ainsi que l’orthographe notamment des noms ! .

      Comme le souligne lui même Olivier Gros dans ses approximations, il va falloir rapidement tirer les leçons de cette situation qui a faussé les résultats de l’assemblée générale du 17 janvier 2021, comme semble t’il le démontre le Canard Enchainé après son enquête journalistique auprès je suppose des instances régionales et d’autres médias .

      Pour vous faire votre propre point de vu personnel le mieux c’est de lire et décortiquer attentivement cet article du Canard Enchainé.
      Cet article satirique du Canard, certes c’est du concentré, il aurait pu être probablement beaucoup plus détaillé et plus complet notamment sur l’entrisme de droite de certains ex-élus et ex-candidats de droite et d’ailleurs, qui s’ajoute à celui d’extrême droite ou proche d’extrême droite .

      Même si certaines vérités sont toujours très difficiles à entendre par les personnes citées ou concernées , je le conçois, cet article et même son titre résume sur certains aspects, assez bien le dur débat politique actuel en PACA chez EELV en particulier sur la stratégie et le choix des Chefs.fes de file pour les régionales .

      Comme le souligne le Canard Enchainé sur le fond :

      Pourquoi vouloir éliminer Olivier Dubuquoy qui est sur une ligne politique écologiste et humaniste de travail, de négociations et rassemblement des forces écologistes avec les forces citoyennes et de gauche , et le remplacer par Jean-Marc Governatori ou Jean-Laurent Félizia sur une ligne politique écologiste ,environnementaliste de fait beaucoup plus à droite ? Quel sont les intérêts en jeux ? Ce choix est l’objet du débat politique en cours chez EELV.

      Moi j’ai tendance à lire davantage les revues scientifiques sur l’écologie, et les solutions pour la transition écologique et solidaire, les revues sur la géopolitique française, européenne, mondiale , sur les Nations Unies, l’Unesco, la philosophie… les rapports des conférences internationales sur le climat , la biodiversité,l’économie, les systèmes financiers, les alternatives et les solutions mondiales et locales, les inégalités, la pauvreté, les discriminations,les droits humains, les perspectives d’avenir … mais on ne peut pas ignorer le Canard Enchainé en France. Ce journal, certes on aime ou on aime pas, mais il a véritablement sa place dans l’information en France notamment en politique pour parler de certains sujets politiques parfois encore cachés, mais très importants . Le Canard Enchainé aborde sans détours, crûment, mais avec une grande précision le débat politique actuel en PACA et même son titre est évocateur de la situation régionale à EELV PACA.
      À EELV ,nous lanceurs d’alertes, nous sommes forcément pour la liberté de la presse qui en toute liberté doit conduire ses propres enquêtes.

      En tous les cas.
      C’est triste politiquement d’être dans cette situation de division des forces écologistes et des forces de gauche, cela fait le jeu de la droite et de l’extrême droite comme le souligne très bien Jacques Soncin .

      On doit tous s’interroger pour essayer de sortir de cette situation de la meilleure façon possible. C’est aussi l’objet du débat !

      Soyons créatifs . Résister c’est créer, et créer c’est résister, comme le soulignait Stéphane Hessel à plus de 90 ans (Inscription devant le Musée de la Résistance à Fontaine de Vaucluse)

      Amicalement
      René Pélisson

      1. René, il faut certes être créatif mais il faut aussi s’en tenir aux faits. Il y a eu un mouvement d’adhesions important entre juillet et septembre: 18 , tels que je les ai dénombrés sur la base eelv. Ces personnes ont adhéré avant la désignation du chef de file, voire avant même qu’olivier dubucquoy présente sa candidature. On ne peut donc pas les suspecter d’avoir adhéré pour la combattre. Est-ce clair ?

        Le fait est qu’elles ont pu ensuite ne pas voter pour la motion défendue par Olivier. Je sais que ce n’est pas le cas de toutes ces personnes. Olivier a été désigné en octobre à une courte majorité et la motion qu’il défendait a ensuite été battue de 15 voix. le basculement peut avoir d’autres causes, et en particulier le fait qu’O.D. ne s’est pas montré convaincant auprès d’électeurs hésitants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s