Archives pour la catégorie Amérique du Nord

La haine raciste tue à Charleston !

La fusillade de l’église à Charleston est une tuerie de masse survenue dans la nuit du 17 au 18 juin 2015 dans le temple de l’Église épiscopale méthodiste africaine Emanuel, un temple méthodiste noir à Charleston aux États-Unis, quand un jeune homme armé, Dylann Roof, a ouvert le feu dans l’église, faisant au moins neuf morts, parmi lesquels Clementa Pinckney, membre du Sénat de Caroline du Sud.

Le crime de Charleston n’est certainement pas un hasard ! Dylann Roof, auteur de la tuerie, n’est ni un forcené ni un « loup solitaire ». A 21 ans à peine, il a baigné dans l’idéologie raciste. Il affiche les idées suprématistes blanches et se revendique de l’Apartheid. Il a fait le choix de l’action terroriste et du meurtre massif pour développer la haine entre les communautés.

Le lieu choisi pour commettre son acte ignoble est loin d’être anodin : l’Eglise méthodiste de Charleston a été fondée en 1816 par Denmark Vesey.

En 1781, ce dernier est acheté comme esclave, alors qu’il n’a que 14 ans, dans l’île danoise de Saint-Thomas par Joseph Vesey, qui le conduit dans sa propriété, à Charleston, en Caroline du Sud. 18 ans plus tard, il gagne une grosse somme à la loterie et achète sa liberté. Il cofonde en 1816 une antenne de l’église méthodiste africaine. Cette dernière reçoit presque exclusivement les fidèles noirs, qu’ils soient esclaves ou affranchis, qui n’ont que très peu accès aux églises blanches. Cette église est interdite en 1818 puis en 1820. Mais Denmark Vesey veut aller plus loin. Il souhaite organiser la libération des esclaves. Il concocte une révolte, qui est fixée au 14 juillet 1822. Il a ainsi réuni une petite armée d’un millier d’esclaves et d’affranchis. Il prévoit avec ses camarades de s’emparer d’une armurerie et de voler des bateaux pour s’enfuir en Haïti, qui vient de se libérer de l’esclavage en battant l’armée napoléonienne et en instaurant la première république noire d’Amérique. Malheureusement, le complot est éventé et la police arrête 131 esclaves dont 35 sont pendus en juillet 1822, avec, parmi eux, Denmark Vesey. L’église est rasée et une milice raciste est mise sur pied.

Denmark Vesey devient par la suite un emblème de liberté. C’est en criant son nom que les Noirs chargeaient les sudistes lors de la guerre civile, qui mit fin à l’esclavage. Il est devenu un modèle pour les abolitionnistes, parmi lesquels Frédérick Douglass qui fut l’un de ses plus fervents admirateurs. Le 14 février 2014, des militants ont élevé une statue en son honneur à Charleston.

150616assassinraciste1

Dylann Roof posant avec son flingue et le drapeau confédéré

En commettant ce crime dans cet endroit-là, le 17 juin 2015, en plein dans la période anniversaire de ces événements, le terroriste Dylann ROOF a donc voulu cibler non seulement une communauté mais surtout manifester sa haine de la résistance, sa haine des héros qui ont tout donné pour mettre fin à ce crime contre l’humanité qu’a constitué l’esclavage.

Après l’exécution des esclaves révoltés et la destruction de leur lieu de culte, l’église épiscopale méthodiste africaine a continué son existence de manière clandestine sous le nom d’Emanuel AME (African methodist episcopal church), toutes les églises ayant été interdites. Un nouvel édifice fut enfin reconstruit en bois en 1872, mais il fut détruit par un tremblement de terre. L’Eglise actuelle a été érigée en pierres en 1891. Il existe plusieurs dizaines de ces églises AME aux Etats-Unis, fondées par des Noirs en réaction aux églises méthodistes blanches qui refusaient l’entrée du lieu de prières aux Noirs.

L’une des revendications des manifestants après la tuerie de Charleston concerne le drapeau confédéré.

DrapeauConfedereContre

Il continue de flotter à Columbia, capitale de la Caroline du Sud. Il fut le drapeau de guerre des Etats du Sud esclavagistes ayant fait sécession en 1861. Il est le symbole du racisme et du maintien de l’esclavage. Qu’il puisse encore être hissé officiellement dans certains Etats est une insulte aux droits de l’être humain et aux principes démocratiques. Bien évidemment, il faut exiger partout de le traiter de la même manière que le drapeau à la croix gammée !

Los Angeles : Lourdement condamné pour des propos racistes

Donald Sterling, dont la richesse est estimée à près de 2 milliards de dollars (1,5 milliards d’euros), est propriétaire à Los Angeles d’une franchise de la NBA, les Los Angeles Clipper. Il vient d’être condamné à une amende de 2,5 millions de dollars (1,8 millions d’Euros) et il a été suspendu à vie, il ne pourra plus diriger un club ni assister à un match de la NBA. Les faits ont été révélés par le site internet TMZ spécialisé dans les célébrités. TMZ a publié l’enregistrement d’une discussion privée entre Sterling et sa jeune maîtresse, V. Stiviano, au cours de laquelle il lui reproche d’avoir publié sur Instagram une photo d’elle en compagnie de Magic Johnson, une star du basket de Los Angeles, concluant ainsi sa diatribe lourdement pimentée de poncifs racistes : « sur ton Instagram de merde, tu n’as pas à te montrer à côté de Noirs ! » A peine connue, l’affaire a pris toutes les proportions qu’elle méritait. Adam Silver, le patron de la NBA, a fait connaître son indignation. Il a immédiatement mené une enquête pour vérifier la consistance de ces éléments et a saisi la justice. En poste depuis seulement 3 mois, il a tenu à montrer qu’il ne laisserai pas salir ainsi l’image de la NBA. Quant aux joueurs des Los Angeles Clipper, ils sont atterrés :  Dimanche, ils ont disputé et perdu leur premier match depuis le début du scandale. Ils ont hésité à honorer la rencontre et puis ils ont finalement décidé de jouer en se débarrassant de leurs vestes portant le nom de leur équipe et en s’habillant d’un maillot anonyme. Ils ont aussi porté un brassard noir. La réprobation est montée jusqu’à la Maison Blanche : Obama a pris vigoureusement position en faveur d’une sanction exemplaire contre Donald Sterling.

Lorsqu’on entend les déclarations de Guy Teyssier stigmatisant toute une partie de la population marseillaise et tout un grand continent dont la France a tant profité, on peut espérer qu’à défaut d’appliquer la même sanction, le nouveau président de MPM comprenne bien que, dans ce domaine, l’impunité ne sera pas éternelle.